Non à la Corrida !

NON a la corrida en Colombie !

 

Ces dernières années, un grand nombre de pays d'Amérique latine ont déclaré l'abolition de la corrida, cette « tradition » barbare et cruelle où des milliers de taureaux (et parfois chevaux) sont massacrés chaque année pour le plaisir pervers d'afficionados de moins en moins nombreux. Ainsi Cuba, l'Uruguay, le Chili et l'Argentine ont déjà franchi le pas et fait condamner cette pratique odieuse où la souffrance d'animaux innocents est un spectacle que seuls les esprits les plus malsains peuvent prendre du plaisir à regarder.

11250153 10200940911082995 1754250832161223402 n

[même si la consultation populaire récente a été année, nous continuons de militer]

 

 

Aujourd'hui, l'association de protection de la nature et de l'environnement (APNA) de l'institut d'études politiques d'Aix-en-Provence, en partenariat avec l'association animaliste LIBERIA de Colombie, la plateforme ALTO et la fondation Franz Weber de Colombie, apporte son soutien au peuple colombien pour abolir définitivement la Corrida et autres Correlajas qui ne sont plus acceptables et font l'objet de rejets catégoriques.

En effet depuis 2005, le parlement et la Cour Constitutionnelle de Colombie ne cessent de recevoir des demandes pour l'interdiction de cette pratique et son déclassement en tant que patrimoine culturel et tradition. Dans la loi colombienne, les spectacles taurins sont aujourd'hui définis comme étant une « expression artistique de l'être humain », cette catégorisation fait aujourd'hui l'objet de nombreuses contestations qui la jugent inconstitutionnelle et exigent ainsi la fermeture des écoles taurines. Si en 2010, le président de la cour constitutionnelle colombienne Humberto Sierra Porto, (fervent défenseur de la corrida) avait empêché toute modification de la législation en déclarant que les « corridas étaient conformes à la Constitution » , en 2012, le maire de Bogota (la ville où la tauromachie est la plus importante en Colombie) avait eu le courage d'interdire unilatéralement les corridas dans sa ville alors que la parlement colombien votait la même année l'interdiction aux maires d'abolir cette pratique infâme.

Malheureusement, cette décision du maire n'a pas été suivie par le Parlement qui a annulé toute démarche visant à classer la corrida comme un traitement cruel envers les animaux  alors qu'a Bogota, plus de 87% des habitants se déclarent contre la corrida et le maire Petro et ses concitoyens demandent la mise en place d'un référendum officiel sur l'abolition de la corrida.

 

Or après des années d'attentes pour que les colombiens puissent enfin exprimer leur point de vue sur la corrida, un nouveau référendum se profile et il apparaît comme une formidable opportunité de faire cesser cette torture ignoble qu'est la corrida !

 

Alors pour qu'à la suite de l'Etat mexicain de Coahuila qui a récemment interdit selon son gouverneur un « spectacle dénigrant, barbare, qui n'est un art, ni une science mais de la barbarie » : soutenez les colombiens dans leur combat contre la torture animale afin que plus aucun pays ne tolère cette pratique !

 

Au nom de la dignité animale et humaine, la seule solution pour que cesse la corrida est de voter NON.

Antoine